Mot ou texte entre guillemets
à rechercher sur ce site (précis):  
(aide)
 
Recherche sur ce site (rapide):   (Aide)
 
 
Svp Informez-moi via cet émail:
 
des ajouts de pages sur ce site.
 
Faire suivre cette page
Destinataire 
Son email     
De la part de
Commentaires

Envois
 
Retour page d'accueil  
 
   
images/imprimer-b.jpg
 
images/imprimer-b-c.jpg
 

    La vie est d'une richesse infinie, pourtant nous avons encore plus: l'imagination !

Recheches sur Google Earth

Mystère en Somalie ?


Je prend grand plaisir à visiter le monde via Google Earth et je découvre des surprises. Par exemple je ne trouve aucune information ni explication logique sur ces lignes parfaites qui sillonnent la Somalie.

(Chaque image est visible en cliquant sur les coordonnées et le globe vous conduit directement dans google earth s'il est installé sur votre ordinateur" il vous faut avoir installé Google Earth et recopiez les coordonnées mais attention la plupart des exemples ne sont visibles qu’à faible altitude d’où l’information ajouté sur l’altitude)

Promenez vous avec Google Earth sur le paysage Somalien à hauteur de 2 km, vous découvrirez des lignes parfaitement droites qui ne sont pas des chemins même si souvent elles servent de chemin car vous verrez que parfois les voyageurs les ont quittées pour les rejoindre un peu plus loin, 5 55 25,52 N 47 30 36,65 E  . D’autres chemins sont visibles mais jamais avec une telle rigueur rectiligne.

La différence entre ces lignes et les chemins coutumiers très visible ici 3 28 23,40 N 45 52 35,59 E   3 km, et encore plus là 4 24 41,71 N 47 29 48,33 E  . Parfois les chemins divergent 3 45 09,59 N 47 03 35,17 E   5 km.

J'ai comparé ces lignes à d'autres lignes dans d'autres régions. Par exemple on trouve d'autres lignes du même type dans la péninsule arabique mais plus rares et moins nettes.

C'est vrai que routes, pipelines ou lignes électriques peuvent ressembler, mais une route ne s'arrête jamais en pleine zone vierge sans raison, une ligne électrique non plus. Un pipeline s'arrêtera à un point de forage. Enfin ces réalisations ne sont pas effacés par l'érosion et elles tiennent compte du relief.

Apparemment les lignes de Somalie ne semblent crées par un déplacement de pierres ou une disparition de végétaux. Utilisés comme chemin ils sont parfois perdus comme point de repère et le chemin nouveau prend des caractéristiques aléatoires nettement différentes, parfois moins court pour rejoindre un village. Exemple 3 28 14,15 N 45 41 12,67 E   800m.

Autre surprise : Ces lignes changent d’angle 7 08 57,17 N 48 35 11,40 E   4km ou s’interrompent parfois brutalement sans raison topographique, 4 32 37,69 N 45 49 31,12 E   2km et les voyageurs qui les ont suivies ont du tracer une ligne sinueuse pour rejoindre une autre ligne. Exemple 4 07 50,65 N 45 47 32,24 E   3,6 km ou 5 22 50,99 N 47 29 44,97 E   1,75 km. Elles ne tiennent pas compte du relief, les voyageurs qui les suivent préfèrent faire un détour 2 36 45,67 N 41 44 23,19 E   3.90 km.

Mais la preuve que ce ne sont pas des chemins ce sont ces interruptions sans raison : 5 16 39,15 N 47 25 23,87 E   ou 4 27 20,15 N 46 23 09,84 E  .

Ces lignes s’entrecroisent sans raison compréhensible parfois de façon exacte 4 18 05,64 N 45 47 18,15 E   1km ou à coté 4 19 54,81 N 45 49 54,04 E   1.84km parfois de façon irrégulière, 1 43 47,24 N 41 29 41,44 E   1 km le plus beau croisement : 3 59 42,70 N 45 53 19,34 E   1.65 km qui montre aussi une interruption brutale d’une ligne.

Ces lignes sont anciennes, elles ont été interrompues par l’érosion 4 02 12,85 N 45 43 11,59 E   3km ou 5 53 25,77 N 47 28 48,69 E   (suivre une ligne faible effacée par l'érosion mais qui reprend plus loin) ou par les champs de dunes 4 17 59,69 N 46 56 35,44 E   10 km mais ne tiennent absolument pas compte de la topographie du terrain 2 57 55,58 N 44 15 44,22 E   3 km les voyageurs font un détour avant de la rejoindre 2 36 45,67 N 41 44 23,19 E   3 Km.

Parfois ces lignes sont doubles 3 56 14,24 N 45 52 19,32 E   2 km brutalement terminée par une intersection 3 52 28,23 N 45 55 45,13 E  .

Ici deux lignes se terminent et le voyageur va continuer sur un chemin nettement hésitant 2 37 17,59 N 41 11 07,12 E   2.5 km.

Plusieurs sont quasiment nord sud depuis 0 31 39,45 N 42 54 00,22 E   1 km jusqu’à 0 51 34,19 N 42 53 37,32 E  

Les exploitations agricoles ne respectent pas trop ces lignes mais les chemins qu’elles imposent modifient les tracés des parcelles. Vous constaterez cela en suivant cette très longue ligne qui part de ce qui semblerait être un village 4 21 49,33 N 47 02 31,88 E   1.5 km sur une grande distance jusqu’à 3 56 58,06 N 46 22 28,03 E  

Visitez cette zone toujours vers 2,5 km de hauteur où elles ont extrêmement nombreuses et complexes 4 55 52,58 N 47 13 59,80 E   4 km ou ce quadrillage 2 10 11 N 45 30 45 E   3 km dont une des lignes se prolonge jusqu’à être une rue de Mogadiscio.

Le plus spectaculaire est le nombre impressionnant de ces lignes dans certaines zones : 5 03 37,13 N 47 14 15,06 E   5.21 km mais impossible de les voir dès qu’on s’élève trop.

La frontière de somalie suit une de ces lignes jusqu’à 8 59 52 N 44 00 26.00 E   2.5 km mais la ligne ne doit pas être la frontière elle-même (clôture ?) car plus loin la frontière n’est pas matérialisée de la même façon.

Si ces lignes aboutissent parfois à des villes il semblerait que la ville se soit installé à un carrefour des lignes mais ne nombreux cas indiquent que ce n’est pas la règle 5 47 50,48 N 47 42 29,96 E   8Km ou vous verrez un angle droit exact.

Extensions :


En cherchant les limites de la zone concernée, vers le nord l’une d’elle a été transformée en route et finit par sinuer légèrement, probablement devenue voie de circulation, mais une autre ligne plus discrète montre qu’il s’agit bien d’autre chose que de simples chemins ni de lignes électriques : Exemple la ligne qui part de 8 00 45,35 N 48 07 05,47 E  3.82 km qui va vers le N/NE très tenue, et se trouve un moment interrompue pour reprendre discrètement plus loin.

Le plus au nord est une ligne NO/SE peut se suivre malgré plusieurs interruptions sur une très grande distance malgré de grande interruptions dues à l’érosion, dont j’ai perdu la trace à 8 20 02,20 N 47 15 22,59 E   833m mais on la retrouve en suivant la même direction à 8 20 43 N 47 11 26.00 E   827 m puis nettement à 8 21 35,05 N 47 06 37,96 E   816m après je perd sa trace, mais je trouve une autre ligne partant d’un village 8 22 32,52 N 46 59 22,85 E   9.67 km continuant dans la même direction mais dont l’irrégularité due apparemment à sa transformation en chemin laisse un doute sur son origine. Pourtant sa fin montre un changement très différent du dessin des chemins. 8 26 46.N 46 49 39 E   799M.

Maxi nord 9 06 37,37 N 44 40 26,32 E   .3.15 km. Une des plus au nord depuis N/E 9 56 25,67 N 50 07 11,46 E   2.54 km (parfois de légers décrochages du aux photos satellites).

Ces lignes vont jusqu’au sud 1 11 12,17 S 41 28 19,56 E   même dans des zones boisées même si la frontière sud de la Somalie suit l’une d’entre elle elles continuent au-delà 1 37 18,16 S 41 22 20,11 E (et une interruption brutale démontre encore qu’il ne s’agit pas de chemins).

On peut suivre ces lignes au sud jusqu’à 4 09 14,64 S 38 42 00,03 E   et au-delà…

A l’ouest jusqu’à 7 17 03,00 N 44 10 50,78 E   une ligne très nette qui stoppe brutalement de même à 5 13 04,89 N 41 08 42,45 E  . Plus à l’ouest encore 3 19 37,71 N 39 49 00,43 E   9.15 km et 3 52 05,50 N 40 00 40,52 E   18.60 km.

Qui trouvera une explication ? Est-ce le même genre de lignes retrouvées au Pérou ? Dans ce cas y aurait-il un lien entre les deux civilisations qui les ont produites ? Puisque ces lignes disparaissent avec l’érosion ou la végétation, peut-être existent-elles invisibles dans d’autres parties du monde ?

Conclusion, ces lignes me paraissent quand même guère explicables, elles occupent une surface gigantesque, d'où viennent-elles, de quand datent-elles ? quelle civilisation a pu prendre autant d'énergie pour les tracer ? Qui a une information sur ce thème ?

Enfin cadeau qui n’a plus rien à voir avec ces lignes, une quasi œuvre d’art visible à Degheim ! 15 28 47,11 N 35 33 15,01 E   à 12 km.



Recherches de lignes suite ...


J'ai continué mes recherches et je me rends compte que ces lignes existent partout dans le monde, visibles dans les zones arides, mais peut-être existent-elles aussi en zone boisées donc invisibles. En générale on ne les voit que par un survol du sol vers 2 kms d’altitude.

J'en ai trouvé en Amérique du sud 35 18 47,42 S 68 08 48,09 W  , Chine 40 05 01,38 N 97 46 32,50 E  , Australie 20 18 25,33 S 142 48 13,55 E   (bien que là le doute subsite par rapport à des clotures de terrains), Asie centrale 44 56 50,93 N 68 59 58,20 E   , avec toujours ces mêmes caractéristiques: Très rectilignes, débutant n'importe où, s'arrêtant sans raison, indépendantes du relief, indépendantes de l'orientation du terrain et différentes des chemins ou routes voisines. (Notamment celles ci tournent progressivement alors que les lignes changent de direction avec un angle vif).

Très surprenant aussi cette immense région du sud de la Lybie et de l’Algérie 29 09 43,20 N 9 56 18,60 E   gribouillée de pistes chamelières est de chemins, probablement aussi des oléoducs, mais aussi parcourue de ces lignes non expliquées. Vous trouverez aussi dans les environ sur d’immenses régions des quadrillages probablement dus à des conflits récents.

Souvent des voies de communication ont suivi ces lignes comme repères et les ont déformées, attention de ne pas confondre. Encore plus souvent on découvre les lignes ressemblant à celles-ci : Voies de chemin de fer ou lignes à haute tension, mais elles partent d’un lieu logique pour aller à un autre lieu, de même que des pipelines qui peuvent partir de n’importe où (puits de pétrole) mais pour aller à un lieu précis. Ensuite les voies de communication ne tournent jamais à angle vif.

Il faudrait aller voir sur place de quoi sont faites ces lignes…



Recherches de lignes: objections ...


On m’objecte qu’il s’agirait de pipe-line, tuyaux divers ou lignes électriques ?

Même si des chemins suivent souvent ces lignes plus ou moins régulièrement, les lignes ne sont pas de chemins, car le propre d’un chemin est de mener quelque part, il ne s’arrête pas brusquement sans raison. Plusieurs exemples 0 47 17,06 S 41 55 46,44 E   et dans les environs.

Un pipeline pourrait s’arrêter à un point de forage d’accord, mais il devra aboutir à une ville ou un port il ne va pas relier un point de forage à un autre point de forage. Et il n’existe pas de point de forage sans un minimum de trace d’activité humaine, au moins des traces de véhicules.

Ces lignes sont anciennes et ont été effacées par les cultures. Exemple suivre la ligne est-ouest depuis 3 44 47,82 N 46 10 28,00 E  qui démarre au bord d’un vrai chemin (irrégulier, tournant arrondis) rigoureusement rectiligne cette ligne en croise plusieurs autres, dont une double, à l’adresse 3 44 41,86 N 45 47 04,64 E   la distinction ligne/chemin est évidente, plus lion la ligne sert de repère pour un chemin qui s’en écartent de temps en temps, arrivé en 3 44 40,28N 45 37 41,12 E   la ligne est effacée par une large zone de culture, pour réapparaitre en 3 44 36,86 N 45 33 13,30 E  , elle croise quelques autres ligne, un décrochement brutal en 3 44 39,31 N 45 06 05,64 E   puis reprend sa même direction, pour terminer sur ce qui semble un bouquet d’arbre en 3 44 41,91 N 44 34 28,87 E   soit 177 hms !

Dernier point certaines adresses indiquées sont très riches en lignes en tous sens dans des régions désertiques donc ni route, ni pipe-line, ni ligne électrique. Exemple 1 16 06,13 N 43 42 33,43 E  .

Mais si vous voulez du délire explorez autour de 45 54 49,19 S 69 55 26,14 W   non ce n’est plus la Somalie mais l’Argentine, et ce ne sont certainement pas des limites de propriétés même si certaines propriétés ou exploitations diverses s’y sont référées, et d’immenses régions d’Argentine sont rayées comme la Somalie.

Vous en trouverez aux Etats-unis en péninsule de Californie, en Chine dans toutes les régions désertiques, elles sont visibles au alentour de 2 km du sol, il est souvent possible de les confondre avec des lignes électriques ou des limites de terrains, mais toujours vous trouverez de ces lignes se jouant des limites humaines, des ondulations de terrain, des rivières, démarrant ou s’arrêtant sans raison, toujours rectilignes ou changeant de direction à angle vif.



Réponses aux objections suite...


On me dit que ces lignes sont des chemins, exact ces lignes sont souvent utilisée comme chemin, mais dès qu’une ondulation de terrain pose problème, le chemin préfère suivre les courbes de niveau si j’en crois l’exemple à cet adresse, 4 27 40,62 N 45 35 23,42 E   alors que la ligne n’en tient pas compte.

Autre argument : Un chemin relie deux points village rivière etc, il ne s’arrête pas brusquement en zone désertique. (Sauf un point d’eau, mais alors une certaine « activité » le signale) 3 49 37,12 N 45 49 49,59 E  . Un des cas le plus net se trouve en … Argentine ! et oui la aussi come dans d’autres pays on retrouve ces lignes regardez à cette adresse : 39 40 29,81 S 70 18 23,71 O  . Toute cette zone est très intrigante.

Autre argument encore, il est très rare que deux chemins suivent une direction très voisine parfois même parallèle et ce ne sont pas des traces de voitures vu l’écartement : 3 53 25,22 N 45 49 48,97 E  .

Alors chaque fois qu’une ligne est utilisée par les habitants on lui trouve une raison d’être mais suite à nue recherche poussée, je suis convaincu qu’elles sont antérieures à cette utilisation.

Regardez attentivement l’adresse 1 28 13,70 N 43 43 50,53 E   vous verrez des traces qu’un véhicule de ne pourrait pas faire même si certaines des lignes furent suivie ensuite par un véhicule. Ce type de formation a été retrouvé en trois endroits de Somalie. J’ai pensé à un captage d’eau.

Petit cadeau qui n’a rien à voir en Australie : Coup de griffe 14 14 20,56 S 132 45 14,89 E   et en haute résolution une ligne courte mais difficilement interprétable 14 07 26,82 S 132 46 47,49 E  .



11 Septembre 2010 - Mes recherches continuent!...


En ALGERIE: 32 53 00,19 N 0 53 05,25 E   Une ligne suivie par des véhicules mais qui continue au delà vers l'est avec des interruptions.
33 00 24,56 N 1 06 05,06 E   deux lignes se croisent.
33 16 19,04 N 0 03 06,95 E   une ligne interrompue par un oued et tiens, une équerre 33 00 45,65 N 0 03 40,78 E   !
En Algérie, parfois suivies par les caravanes mais avec toujours les mêmes principes: linéarité parfaite, indépendance des accidents du terrain, interruptions par l'érosion, début et fin sans raison évidente. 32 47 46,04 N 2 49 49,66 E  
Autres exemples : 33 29 03,61 N 0 31 40,53 E  

En Lybie aussi ! autour de cette adresse de longues lignes sur une immense région : 30 06 47,32 N 12 02 02,81 E  
Suivez cette ligne remarquable depuis 30 03 14,57 N 12 23,28 E   direction N-O à peut près jusqu'à 30 21 35,62 N 11 47 02,49 E   elle croise plusieurs autres lignes, est interrompue par une route et un décrochage manifestement du à un raccord photographique.
Voir aussi à 30 04 11,08 N 12 05 29,15 E   un repère pour des passages de caravane, mais au milieu des trace irrégulière une ligne parfaitement rectiligne change brusquement de direction au sud est mais part très moins au nord ouest en disparaissant parfois jusqu'à ce surprenant dessin à peine visible 30 15 48,21 N 11 49 09,10 E  , plus loin une rencontre aussi de lignes très nettes, 30 17 02,62 N 11 47 41,26 E  
Au sud certaines lignes sont interrompues plusieurs fois par l'érosion, cela fait supposer que ces lignes sont forcément anciennes ainsi suivez cette très longue mais très faible ligne N-E s-O à partir de 30 10 09,97 N 11 42 22,66 E   vers surtout vers le bas ou une grande érosion l'efface avant qu'un petit bout réapparaisse de l'autre coté.
Le plus extraordinaire se trouve à ces coordonnées : 28 02 28,31 N 0 21 05,05 E   descendez à 350 m vous verrez !
Ces motifs font 700m de dimension, donc probablement probablement pas visibles au niveau du sol, si vous observez la région autour vous verrez qu'ils continuent au delà des zones d'érosion, ce qui suggère une création ancienne.
Ils s'étendent sur 21 km du nord au sud, (au delà d'une vaste zone d'érosion), et sur 10 km de l'est à l'ouest !
Cela fait plus de 400 motifs,chacun nécessitant environ 2 km de lignes il a fallu 800 km de tracé !
De plus comment faire les mesures pour une telle régularité graphique ?
En regardant de près ces motifs il semble que certains ont été déformés par un parcourt répété qui distinguait mal les angles initialement tracés.
Les traces plus récentes les traversent sans en tenir compte.
Je trouve encore une autre zone de motifs un peu plus au sud : 27 51 42,57 N 0 23 18,87 E   !
Toute cette zone est riche de lignes parfaitement rectilignes, comme en Somalie, parfois suivies par les véhicules, ou les pistes mais partant de n'importe ou s'arrêtant n'importe où, sans raison apparente et sans tenir compte du relief.

En Namibie autour d'un aérodrome apparemment très récent encore des lignes du même type ! 21 51 10,65 S 15 53 46,98 E  

Résumé : ces lignes non expliquées existent dans le monde entier dans toutes les régions désertiques ou semi désertiques, elles sont anciennes vu leur effacement par l’érosion, même si elles servent souvent de repère pour les déplacements elles ne sont pas des chemins pour se déplacer (elles vont souvent nulle part), elles sont indépendantes des reliefs et des cours d’eaux, elles ne délimitent pas des terrains : (Ce ne sont pas des polygones fermés), et leur longueur est parfois impressionnante. Elles sont agrémentées parfois de petites lignes supplémentaires qui leurs ont liées.
Existe-t-il un moyen de vérifier si leur présence est liée aux sols désertiques, ou uniquement au fait qu’il n’y aurait que là qu’elles seraient visibles ?
Il faudrait avoir la patience de les dessiner sur une carte pour se faire une vue d’ensemble.

Cela n'a rien à voir mais voici un paysage surprenant sur google-earth : 23 31 16,91 N 27 11 5,31 E  un véritable paysage lunaire, apparement riche en cratères météoritiques. et voir ici 27 53 19,11 N 19 57 56,16 E   un autre cratère météoritique.

Page écrite en 2007 et complétée de temps en temps



Mon opinion sur cette page :
(aide) Page mise à jour le
07-09-2015 à 07:42
Absurde
Sans intérêt
Dangereux
Amusant
A travailler
Utopique
Intéressant
A diffuser
Nombre de réactions reçues (Cette évaluation est remise à zéro à chaque réécriture de l'article).

0

0

0

0

0

0

1

2
  Ma réponse à cette page : QU'EN PENSEZ-VOUS ? ENVOIS  
Mon nom ou
pseudo
Email pour être informé ENVOIS
 

Commentaires et dialogues pour cette page

Intervenant internet user - le 14-10-2012 à 14-25

Où sont les photos?

Intervenant Alain Persat - le 14-10-2012 à 16-21

Il suffit de copier/coller  les adresses dans Google Earth en haut à gauche zone "aller à" pour faire  vous-mêmes ces observations, descendez près du sol. Exemple "30 06 47,32 N 12 02 02,81 E".

Il parait qu'il existe un moyen de faire des liens directs mais je n'ai pas trouvé comment à ce jour, si jamais vous avez la solution simple dites le !

Intervenant Milan - le 15-10-2012 à 00-01

Facile tu fais un fichier kmz ! clique droit sur la valise "mes lieux préférés" puis "Enregistre le lieux sous" tu obtiens un fichier avec tous les lieux, comme celui que j'ai réalisé ici.   dl.free.fr/mBUYULjVZ

en video...   youtu.be/GhC6lhAD4xY

Intervenant Milan - le 15-10-2012 à 04-29

Surprise les lignes chinoises sont parfaitement orientées en direction des Pyramides de Gizeh !

Intervenant Alain Persat - le 16-10-2012 à 14-57

Voilà j'ai mis pour chaque lien l'image et le lien direct vers GoogleEarth.

Intervenant breizh7356 - le 31-07-2013 à 19-13

Joli boulot .... c'est sûr qu il y a encore plein de choses à decouvrir sur Terre mais on a peur losrque l'on voit le manque de curiosité de certains (ce sont les mêmes en general qui nient toute chose ou toute decouverte!) .Autre hypothèse : et si nous n'etions pas les premiers aussi évolués sur cette planète !?

Intervenant Marc - le 25-11-2013 à 14-23

Bonjour

Ces lignes sont sans aucun doute des traces de prospection pétrolière (hydrocarbures).

La technique "sismique" utilise des camions "vibreurs" qui procèdent à des mesures selon des grilles dépendantes de la stucture du sol. Pour permettre un bon travail des camions sismiques, le sol est préalablement "nettoyé" au bulldozer afin de planifier une trace (parfaitement rectiligne si le terrain n'est pas trop accidenté). Le quadrillage apparaît parfois très serré comme dans le désert libyen (ici : 25°56'33.19"N 12° 0'46.68"E ).

Les traces s'arrêtent parfois abruptement parce que les géologues ont décidé que chercher plus loin ne sert à rien. On embarque alors les bulldozers sur un camion pour "nettoyer" ailleurs.

Dans certaines régions, des géologues procèdent de façon similaire pour la prospection de nappes aquifères.

Simple , n'est-ce pas ?

Intervenant Alain Persat - le 25-11-2013 à 19-33

Votre objection est valable, et je connais cette technique et la reconnais souvent sur le terrain.

Pourtant les traces de camions restent souvent visibles (doubles lignes) or sur les lignes  indiquées (simples) je ne les retrouve pas, à moins que ces  engins n’aient été retirés par hélicoptères, peu probable vu le poids de ces engins.

D’autre part dans le cas de prospection ces lignes sont « logiques, c'est-à-dire parallèles ou perpendiculaires, ce type de quadrillage est effectivement fréquemment trouvé. Les lignes que je signale ne répondent guère à ce type de critère, exemple elles présentent des angles parfois très aigus entre elles.

Autre argument, la prospection pétrolière est une activité récente, or l’érosion a souvent effacé une partie de la ligne, je ne la crois pas aussi rapide sur des tels espaces.

>Enfin à quoi bon tracer une ligne physiquement visible pour une telle prospection, ce serait fort couteux, un simple GPS ou même une boussole suffirait. Alors ne resteraient visibles que des traces de véhicules donc des traces doubles. Ces traces sont faciles à reconnaitre à la bonne échelle, et elles contournent les obstacles ce que ne font pas ces lignes.

Merci de votre intérêt pour cette question.

Ajouter un commentaire.